| |

Tabagisme et rhétorique

mercredi 19 octobre 2005

Si vous comptez au nombre de mes plus anciens lecteurs, vous avez certainement lu ce billet dans lequel je vous confiais d’une part ma mauvaise habitude de fumer, et d’autre part mes réflexions quant à propos desquelles [1] je m’interrogeais sur les avertissements arborés par tout paquet de cigarettes ou de tabac. Parmi le florilège de ces sentences culpabilisatrices, certaines attirent plus l’attention que d’autres. En particulier celle ci-dessous, trouvée sur un paquet de mon tabac favori récemment acheté chez un détaillant proche de mon domicile :

"Fumer tue". Gasp ! Voilà qui laisse peu de place à l’équivoque. Même si la controverse est vive à propos de l’efficacité de ces mise en garde, je ne suis pas de ceux qu’elles laissent indifférent. En effet, certains n’hésitent pas à affirmer haut et fort qu’elles sont plus sûrement destinées à éviter aux multinationales cigarettières des procès aussi long que coûteux, plutôt qu’à réduire la consommation de tabac. Mais foin de spéculations oiseuses, vous me connaissez, je ne suis pas du genre à prêter aux géants de l’industrie des intentions malveillantes ; eux qui œuvrent sans relâche pour le bien-être de l’humanité souffrante, ce serait bien mal reconnaître leurs mérites, qui sont grands (surtout lorsqu’ils sont concommitants avec leurs intérêts financiers).

Il n’en demeure pas moins que cet apophtegme aux allures d’ordalie [2] n’avait de cesse de me turlupiner, comme on dit volontiers dans les milieux interlopes. Aussi me devais-je de faire quelque chose. Ce n’est qu’après mûre réflexion que j’ai trouvé la solution. Et la solution, la voilà :

J’achète mon tabac en Espagne. Ça me laisse une chance.

[1] laissez faire, ça m’amuse

[2] http://www.mediadico.com/

|< << >> >|
  • > Tabagisme et rhétorique
    19 octobre 2005, par un couard anonyme
    interlope, c’est pas un gros mot ?
    • > Tabagisme et rhétorique
      19 octobre 2005, par jMax
      Ça dépend du contexte. Si tu dis "interlope", c’est pas vraiment un gros mot. Par contre, si tu dis interlope, alors là, oui, c’est un gros mot.
  • > Tabagisme et rhétorique
    28 octobre 2005, par catwoman
    Moi aujourd’hui sur mon paquet de cigarettes préférées, il y a marqué : " Fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse ". Tu crois que ça laisse une chance là ? Ca peut plaire dans les milieux sado-maso ? Ce qui est le plus effrayant, c’est que la France vient d’entamer, depuis quelques années, dans les milieux hospitaliers, une campagne anti-douleur et les malades ont le droit ?!? de ne plus souffrir. Donc, il faut revoir les avertissements sur les substances " nicotineuses (ça ça fait peur) " et préciser que fumer peut entraîner une mort lente + douloureuse seulement si on le souhaite.
    • > Tabagisme et rhétorique
      1er novembre 2005, par jMax
      Ben oui, quand même ça te laisse une chance, parce que si "Fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse", c’est quand même pas obligé. Peut-être qu’en fait, fumer entraîne une mort rapide et rigolote, on sait pas... Et puis d’ailleurs, tiens, puisque, comme tu le soulignes si justement, maintenant on a le droit ( ?!? aussi) de ne plus souffrir, alors voilà : personnellement, non seulement j’exige de ne plus mourrir de mon propre tabagisme dans d’atroces souffrances , mais en plus j’exige une mort rapide et rigolote ! Voilà, c’est dit.
      • > Tabagisme et rhétorique
        10 décembre 2005, par Curtis Newton | Oboulaba
        Bah si elle est vraiment rigolote, c’est tout de même un peu dommage qu’elle soit rapide, autant en profiter un peu...
  • > Tabagisme et rhétorique
    29 décembre 2005, par un couard anonyme
    Là javoue, je m’incline respectueusemet devant l’argument, proposant d’ajouter laissez-nous mourir comme nous l’entendons, soit comme une évidence laisser-nous libre de vivre libre...
  • > Tabagisme et rhétorique
    7 octobre 2007, par un couard anonyme
    Mourir ce n’est pas grave comme disait l’autre ?, mais c’est de rester mort...